Organiser ses placements financiers quand on est étudiant

Cet article est à destination des étudiants afin de leur donner quelques clés dans l’organisation de leurs placements. Les étudiants peuvent budgéter et gérer leurs avoirs actuels mais doivent également penser à plus long terme, voyons dans cette publication quelles peuvent être les solutions.


De l’épargne pour gérer les imprévues et concrétiser ses projets

Dans cette optique, le livret jeune et le livret A sont de bons choix, en France, ces deux placements sans risque sont très populaires. Ce sont des livrets réglementés par l’État (fixation du taux de rémunération) qui sont exonérés d’impôts et de prélèvements sociaux. Voyons quelles sont leurs caractéristiques ?

– Livret Jeune : son taux varie en fonction des établissements bancaires (de 1,5% à 2,75%). Le plafond de versement est de 1600 euros.

– Livret A permet de placer en toute sécurité un montant pouvant aller jusqu’à 22950€. Le livret A a actuellement un taux de rémunération net de 0,75% (février 2016).

Ces deux supports de placement permettent d’avoir à disposition immédiate les fonds placés et c’est là leur intérêt principal, ce sont des outils de gestion de « trésorerie ». Ces livrets ne permettent pas de se créer un patrimoine grâce aux intérêts (plafond trop faible sur le livret jeune et taux de rémunération trop bas sur le livret A) mais ils permettent d’absorber l’inflation annuelle.

Ainsi, à tout moment les étudiants peuvent se servir de cet argent pour pallier aux imprévues du quotidien (réparations, voiture, frais médicaux…) et réaliser ses projets (voyages, emménagement…).


Étudiants, ouvrez une assurance-vie et un PEA

Une fois votre épargne de précaution constituée, il peut être intéressant de commencer à capitaliser. Comme nous l’avons vu les rendements ou les plafonds de versement des livrets classiques ne permettent pas d’obtenir un gain financier intéressant. Pour cela les étudiants et les jeunes en général ont tout intérêt à « prendre date » sur des contrats plus rémunérateurs. En effet, plus le contrat prendra de l’âge plus la fiscalité appliquée sera douce, c’est le cas de l’assurance-vie.

L’assurance-vie :

Un contrat d’assurance-vie (à ne pas confondre avec un contrat de capital décès) s’ouvre avec quelques dizaines d’euros. Ce véhicule de placement donne la possibilité d’allouer son épargne à moyen/long terme avec deux options principales : le fonds en euros sans risque et les unités de comptes, le plus souvent des fonds financiers (OPCVM) permettant d’investir sur une thématique (actions européennes, actions asiatiques, secteurs d’activité d’avenir…).

D’un côté, le fonds en euros vous permet de placer en toute sécurité votre argent à un taux de rémunération compris entre 2% et 3,60% (données 2015). De plus, l’argent reste disponible sous quelques jours après avoir notifié votre souhait d’effectuer ce qu’on appelle un rachat partiel.

L’assurance-vie est actuellement le placement sans risque (si uniquement investi sur du fonds en euros) le plus répandu pour obtenir un rendement supérieur aux livrets. Il est donc conseillé d’en ouvrir une le plus tôt possible (sachant qu’au delà de 8 années, le souscripteur bénéficie d’abattements fiscaux, 4600 euros pour un célibataire et 9200 euros pour un couple). C’est donc un premier pas vers la construction de son patrimoine.

Le Plan Épargne en Actions :

Le Plan Épargne en Actions est un compte indispensable pour les personnes souhaitant acheter/vendre des parts d’OPCVM ou des actions (dont le siège social est dans la CCE). Son plafond est de 150000 euros et là encore la fiscalité est plus intéressante après au minimum 5 ans de détention (plus-values et revenus exonérés d’impôt).

Dans votre établissement bancaire classique ou chez en banque en ligne, l’ouverture d’un PEA s’effectue avec 10 à 20 euros.


Étudiants, investissez pour votre avenir

Une fois que les bases de votre organisation financière sont bien en place, alors d’autres possibilités s’offrent à vous. Pour commencer il faut s’y intéresser et investir dans ce qui vous permettra d’aller plus loin : vos connaissances sur ces sujets (formation scolaire, immobilier, bourse, entrepreneuriat…).

  • Investir dans sa propre formation: les livres de référence coûtent entre 10 et 25 euros, blogs et sites permettent de se former à son rythme. Une montée en compétences (apprendre l’anglais par exemple) vous permettront d’obtenir des emplois avec de meilleures rémunérations.
  • Rencontrer des personnes ayant réussi dans le domaine qui vous intéresse.
  • Se fixer des objectifs atteignables au départ (obtenir une certification, acheter un premier appartement, détenir quelques actions d’une société solide).
  • Passer à l’action: immobilier, marchés financiers (via un PEA comme vu ci-dessus, un compte-titre ou une assurance-vie) ou activité entrepreneuriale…

 

Les choix sont donc nombreux et le temps est de votre côté, en commençant jeune à s’occuper de ses finances et à investir, vous pourrez construire un patrimoine financier solide et diversifié.

 

Vous devriez aussi lire...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *