Les métiers d’avenir et les études qui y préparent

Vous n’avez pas encore fermement décidé le métier que vous aimeriez exercer dans les prochaines années, il est peut-être intéressant de jeter un œil aux métiers d’avenir. En effet, il s’agit d’une liste de professions promises à se développer au cours de la prochaine décennie.


Des métiers dans l’air du temps 

Parce que notre société change et évolue, il en va de même pour le marché du travail. Aussi, des métiers, davantage adaptés aux nouvelles technologies, à notre nouveau modèle économique mais aussi à nos nouveaux modes de consommation, font leur apparition et nécessitent pour la plupart des personnes formées pour occuper ces rôles.

L’industrie numérique et digitale, qui ne cesse de se développer, a ainsi d’importants besoins dans des métiers quelque peu inconnus du grand public. Par exemple, les développeurs web, les développeurs frontend, les webmasters ou encore les référenceurs sont très prisés puisque de véritables professionnels du web sont aujourd’hui indispensables à toutes les entreprises. L’explosion des réseaux sociaux est également à l’origine du métier de community manager, sa mission étant de créer et fédérer une communauté autour d’une marque. Mais l’industrie digitale va aussi avoir un vrai défi à relever dans les prochaines années à savoir la gestion de données toujours plus importantes. Des spécialistes, baptisés « big data scientist », seront donc indispensables pour interpréter et utiliser le plus efficacement possible les données clients en vue des campagnes marketing à venir.


Les green jobs, métiers liés au développement durable :

Une autre tendance forte du marché du travail est l’apparition des métiers souvent connus sous le nom de « green jobs ». Ainsi, dans de nombreux secteurs d’activité (environnement, construction, transport, chimie, automobile, agro-alimentaire, TIC, …), des professionnels capables de concilier la recherche de croissance économique et de gestion respectueuse de l’environnement sont recherchés. Les managers du développement durables, les éco-concepteurs mais aussi les ingénieurs « verts » seront très prisés dans le monde du travail de demain.

Mais que les moins diplômés se rassurent, l’évolution des modes de consommation laisse aussi apparaître des métiers d’avenir où une formation Post-Bac n’est pas indispensable. C’est par exemple le cas dans le secteur des énergies renouvelables. D’importants besoins en isolation et en pose de matériel peu gourmand en énergie ou permettant d’en créer sont notés.

Dans le secteur du social aussi, des disciplines apparaissent comme l’art-thérapie, qui consiste à améliorer le quotidien de patients par l’art, ou la socio-esthétique, qui vise à intervenir en prison par exemple pour que des femmes puissent continuer à être féminine et à avoir une belle image d’elles malgré leur emprisonnement.


Des formations spécialisées existent … ou pas

Dans la liste des métiers d’avenir que nous venons de voir, sachez qu’il vous faut maintenant suivre la formation adaptée si vous souhaitez un jour l’exercer.

Concernant les métiers du digital et du numérique, les universités de Sciences sont de plus en plus nombreuses à proposer des formations aux métiers du web comme développeur, webmaster ou encore community manager. En parallèle, des écoles privées proposent des formations « clés en main » pour pouvoir exercer ces professions mais leurs tarifs, souvent très élevés peuvent en freiner plus d’un. A côté de cela, certaines écoles novatrices, comme celle créée par Xavier Niel (nommée « 42 »), misent sur l’admission à l’aide de concours de développement informatique pour déceler les étudiants passionnés. Les écoles d’ingénieurs aussi essaient d’adapter leurs formations aux nouveaux besoins des employeurs.

Si toutes ces formations conviennent aussi au métier de « big data scientist », il est à noter que les connaissances en statistiques et en algorithmiques nécessaires pour exercer cette profession rendent judicieux un cursus en mathématiques avec une double compétence en informatique.

Pour ce qui est des « green jobs », là aussi, les établissements de formation ont compris que de véritables opportunités d’emploi étaient à saisir pour les jeunes. Par conséquent, universités, écoles privées mais aussi instituts professionnels ont développé leur offre de formation en accordant davantage de place à l’environnement et au développement durable. Preuve en est, un bac tertiaire STI2D (Sciences et Techniques de l’Industrie et du Développement Durable) a été pensé dès le lycée afin de préparer des jeunes, ne désirant pas suivre de longues filières d’étude, aux enjeux du développement durable.

Pour d’autres métiers d’avenir enfin, comme dans le social, c’est souvent une spécialité au terme de la formation classique qui permet de donner une nouvelle dimension à l’emploi. Autant dire qu’il faut bien regarder toutes les possibilités offertes dans le catalogue de formations pour être sûr de réaliser son projet professionnel.

 

Vous devriez aussi lire...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *