Comment devenir avocat ?

Vous avez trouvé votre voie, vous souhaitez devenir avocat. Comment procéder ? Quelles études suivre ? Zoom sur le chemin qui conduit aux prétoires.

comment devenir avocat

Conditions requises pour devenir avocat

Une série d’examens est nécessaire pour suivre des études d’avocat sauf si vous êtes docteur en droit ou si vous avez exercé la profession de juriste durant au moins huit ans.

Pour exercer la profession d’avocat, il convient de réussir l’examen d’entrée à l’école de formation du barreau (ici par exemple un cabinet dont les avocats sont au barreau de Paris). Il faut, pour cela, remplir certaines conditions :

– être titulaire d’un Master 1 de droit ou d’un diplôme d’IEP (Institut d’Etudes Politiques) au minimum. Néanmoins, la majorité des candidats se présentant à l’examen détiennent un master 2 ;
– respecter diverses règles de moralité (via le casier judiciaire) car le candidat ne doit faire l’objet d’aucune condamnation pénale ;
– être Français ou ressortissant d’un Etat membre de l’Union Européenne.

Institut d’Etudes Judiciaires (IEJ)

Ces conditions respectées, l’aspirant avocat poursuit ses études par une formation dans un IEJ (Institut d’Etudes Judiciaires). Il est possible de choisir l’institut de la faculté d’où il provient ou un autre en sachant que la difficulté de l’examen diffère d’un IEJ à un autre. Lorsque l’IEJ est rattaché à l’université, il se charge d’organiser l’examen du CRFPA et, durant une année scolaire, de préparer les étudiants à l’aide de cours d’actualité juridique et d’examens blancs.

De nombreux candidats continuent leurs études en se dirigeant vers des préparations privées : ISP ou Capavocat qui dispensent des stages intensifs, de six à huit semaines, pendant l’été. Si le taux de réussite de ces structures est, certes, élevé, les frais d’inscription le sont également : entre 800 et 2500 €.

Examen d’entrée au Centre Régional de Formation Professionnelle d’Avocat (CRFPA)

Organisé au niveau régional, cet examen est très sélectif puisqu’on recense seulement 35 % d’admis. Les études se décomposent en deux sortes d’épreuves :

– épreuves écrites d’admissibilité ;
– épreuves orales dont le réputé et craint grand oral, appelé « grand O ». Cette épreuve capitale se rapporte aux libertés et droits fondamentaux et ressemble plus à un entretien d’embauche qu’à un contrôle de connaissances. Le candidat est évalué sur ses facultés à rebondir et à développer ses idées.

Pour intégrer le CRFPA, obtenir la moyenne à l’examen est indispensable. Le nombre de présentation est limité à trois. Au troisième échec, il faut donc s’orienter vers d’autres études.
Après admission, les étudiants poursuivent leurs études par une formation de 18 mois à l’école du barreau qui comprend une formation théorique, un stage en entreprise ou au sein d’une juridiction et un stage dans un cabinet d’avocat.

Certificat d’Aptitude de la Profession d’Avocat (CAPA)

Cette épreuve est beaucoup moins sélective que le CRFPA puisqu’en 2013, le taux de réussite était de 98,8 %. Le CAPA est délivré à la fin de la formation à l’école et offre au diplômé l’occasion de prêter serment devant la Cour d’appel et de s’inscrire au barreau de son choix. Il peut, s’il le désire, créer son propre cabinet ou, cas plus fréquent, devenir collaborateur dans un cabinet avec l’opportunité de se créer, en parallèle, sa propre clientèle.

Vous devriez aussi lire...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *